Pour une gouvernance équitable : des changements structurels sont nécessaires

Les femmes du Québec ont vécu, au cours des dernières années, une érosion de leur représentation et de leur pouvoir aux différentes instances. Leur parole est peu entendue et leurs revendications frappent souvent un mur : celui de l‘égalité présumée atteinte et de la discrimination systémique.

Ce projet poursuivra donc deux objectifs, le premier étant d’analyser les barrières qui entravent la participation des femmes en politique municipale et dans les lieux de pouvoir et de produire des recommandations qui seront partagées avec des intervenants municipaux à l’échelle provinciale. Parallèlement, il sera question de soutenir les organisations locales et régionales dans des changements de pratiques pour la mise en place de politiques égalitaires.

Volet pancanadien

Dans le cadre de ces projets, six femmes de la région reconnues dans leur milieu ont été identifiées afin de devenir des chefs de file. Outre leur implication dans leur projet respectif, les chefs de file de la région intégreront un réseau pancanadien où 150 chefs de file choisies à l’échelle du pays collaboreront pour l’avancement de l’égalité entre les sexes. Elles contribueront à la construction d’un mouvement des femmes fort et indépendant au Canada. Elles participeront à cinq grandes rencontres pancanadiennes, la première ayant eu lieu à Toronto en septembre dernier.

Chefs de file

À l’arrière (de gauche à droite)

Madame Bibiane Courtois, première femme autochtone à siéger à la Commission des droits de la personne et au Conseil du statut de la femme, madame Gisèle Dallaire, chargée de projet à Récif 02 et candidate aux dernières élections fédérales, madame Joannie Dionne, intervenante sociale et chargée de projet à la Maison ISA, madame Karine Côté, PhD. psychologue, professeure, chercheuse à l’Université du Québec à Chicoutimi et co-chercheuse sur le projet de la Maison ISA, madame Carole Tremblay, directrice à la Maison dhébergement Le Rivage de La Baie.

À l’avant

Madame Nicole Schmitt, 1ère femme à avoir occupé la fonction de préfète au Lac-Saint-Jean

 

Assemblée des femmes d'influence du Saguenay-Lac-Saint-Jean

 

L’un des objectifs de ce projet est d’intervenir auprès des instances concernées (municipalités, MRC, direction régionale du MAMOT, Assemblée nationale du Québec) pour apporter des changements dans les structures ou pour proposer des modifications ou ajouts à certaines lois afin de favoriser une présence accrue des femmes dans les conseils municipaux et autres comités. 

Nous sommes maintenant à l’étape de partager nos constats et de faire part de nos recommandations.  Ces dernières doivent trouver écho, avant tout, auprès des femmes de la région. C’est avec vous que nous pourrons porter nos recommandations auprès des instances concernées. 

Avec la participation de madame Nicole Schmitt, ancienne mairesse de Sainte-Hedwidge et première femme à occuper le poste de préfète dans la région, et avec Madame Bibiane Courtois, première femme autochtone à siéger à la Commission des droits de la personne et au Conseil du statut de la femme, nous vous convions à la toute première Assemblée des femmes d’influence du Saguenay-Lac-Saint-Jean (AFI 02).

 

À l’ordre du jour :

  • État de situation quant à la présence des femmes en politique municipale au Saguenay–Lac-Saint-Jean et au Québec;
  • Présentation des obstacles relevant des structures législatives et municipales;
  • Adoption des principales recommandations du rapport d’évaluation;
  • Élaboration des grandes orientations de la stratégie de revendication et de mobilisation.

 

Ce projet est financé dans le cadre du Programme de promotion de la femme de Condition féminine Canada.

Nathalie Murray

Répertoire

des femmes et des jeunes filles

Pour vous inscrire au répertoire

Cliquez ici